dimanche 9 avril 2006

Les découvertes de Cocotte : l'oeuf d'oie

Il y a quelques temps, Sylvain me proposait de me rapporter des oeufs d'oie, curieuse de comparer avec les oeufs de poules, j'ai bien sûr accepté. La condition était de faire un gateau pour l'équipe du labo, bon, d'accord ! ça me fait même plutôt plaisir..., moi quand il s'agit de faire un gateau...

Voici donc en images mon expérience avec les oeufs d'oie (j'en ai eu 2 en ma possession)
Pour commencer, une petite présentation : l'oeuf d'oie, ici présenté dans un contenant "de référence" (verre de Nutella) pour que tout le monde puisse bien se rendre compte de sa taille (10 cm de haut et environ 6 de large à l'endroit où il est le plus large), est bien blanc et a une forme assez allongée.

Une fois l'oeuf cassé, on obtiend un énorme jaune, moins liquide (il faut le titiller un peu pour qu'il se répende, pratique pour ceux qui ont du mal à séparer proprement leurs jaunes des blancs à monter en neige) que celui d'un oeuf de poule et un blanc plus transparent je trouve, peut-être un peu moins épais aussi.
La quantité correspond à au moins deux oeufs de poule.

En faisant quelques recherches tout à l'heure, j'ai appris qu'il était fortement déconseillé de les manger crus, ils sont en effet souvent porteur de salmonelles, ainsi que les oeufs de canes. Le mieux est de les consommer cuits dur (15-20 minutes de cuisson) ou en patisserie. Oups, mon choix d'en déguster un en omelette n'était peut-être pas des plus judicieux... mais je voulais bien en sentir le goût et je n'apprécie que moyennement les oeufs durs alors...
Pour ce qui est du goût donc, je le trouve moins prononcé que celui d'un oeuf de poule mais bon, je n'en ai mangé qu'en omelette, ce n'est donc pas un avis très fiable... En tout cas, l'omelette gruyère, oignon, basilic était bien bonne !

Le deuxième oeuf, je l'ai utilisé pour préparer un gateau au vin rouge (qui vient de finir de cuire, quelle odeur, je défaille ! mais pas question de le toucher celui-là, pfff ! enfin, je ne me suis pas privée de lécher la casserole hein ! (salmonelles ou pas d'ailleurs !) en plus, il va être meilleur que le premier : j'ai râpé le chocolat en copeaux à l'économe au lieu de le couper grossièrement au couteau, du coup, le chocolat va être bien dispersé dans tout le gateau et pas tout au fond...

Bref... La question à se poser là, c'est : "le blanc d'oeuf d'oie monte-t-il en neige ?" ben évidemment, pourquoi pas, c'est du blanc d'oeuf non ?
Bon, la réponse et oui, mais je trouve que la mousse obtenue est moins ferme et plus "humide" que celle d'un blanc de poule, je ne pense pas que ce soit top pour la mousse au chocolat (et de toutes façons, interdit : risque de salmo... oui oui, on a compris !)

En conclusion rien de bien exceptionnel, un oeuf est un oeuf, mais je me suis bien amusée... et mon gateau est un peu trop appétissant !

2 commentaires:

lilizen a dit…

en effet!
joli brin de coco dans le pot...de nutella!!!
bonne journée!

Christophe Meyer a dit…

Pour les salmonelles il s'agit d'un vieux mythe ! pas plus de risque d'en attraper qu'avec des oeufs de poules ! j'eleve poules, canards et oies et j'ai plein d'oeufs d'oie en ce moment :)